Le Blog

Les posts vous plaisent ? N'hésitez pas à les partager !

Comment introduire un nouveau personnage dans un roman ?

Les personnages. Ils sont ce qui donne vie au roman, le squelette sur lequel on bâtit une histoire, ce qui doit le rendre réel et crédible. Vous pouvez ajouter de la magie, des créatures imaginaires, un univers totalement improbable, peu importe ! Si vos personnages sont crédibles, tout le reste est possible. S'ils ne le sont pas, même un roman parfaitement ancré dans le réel aura l'air faux.


Il ne faut donc pas les négliger. Dans un prochain article, je vous raconterai comment créer des personnalités crédibles, mais ici, on va s'attacher à la première étape pour présenter un personnage dans son livre et avoir l'air vrai : l'introduction.


Alors, comment introduire un nouveau personnage que l'on rencontre à peine ?


Plusieurs façons de faire ça, en fonction de ce que vous écrivez et du lectorat que vous visez :

I - il était une fois

II - le pitch dating

III - mais dans tous les cas...


I - La méthode "il était une fois"


J'appelle cette méthode ainsi, parce qu'elle correspond à la structure des contes pour enfants : "il était une fois, une magnifique princesse aux longs cheveux d'or". Vous avez l'idée ?


gif

Elle consiste à présenter totalement et entièrement un nouveau personnage dès son apparition dans un livre. Sa "backstory" (c'est à dire son histoire passée et sur laquelle s'est bâtie sa personnalité et ses désidératas, on y reviendra dans un autre article), son physique, ses attentes, ses objectifs, sont présentés immédiatement, parfois même avant qu'il ne fasse réellement son entrée dans l'histoire.


Exemple :

Equilibrium chap. 4, par Selina Valentines

Nathanaël Everbilt n’en revenait pas d’avoir été enfermé par les gens de Brenstonne. Pourtant il faisait partie des leurs. Même si, contrairement aux autres, lui ne croyait pas en la sorcellerie. Comme tous les enfants ayant grandi dans cette ville, on lui avait fait étudier l’histoire des sorcières et des chasses qui avaient eu lieu. Curieux par nature, il avait même poussé ses recherches à l’extrême. [...]
Il aurait aimé pouvoir quitter Brenstonne et en découvrir davantage. Cependant, lorsqu’on naissait dans cette ville, on ne pouvait plus la quitter. Ce comté était totalement en marge de la société, puisqu’ils y vivaient comme au Moyen-Âge. [...]
Nathanaël n’avait que vingt-deux ans. C'était un jeune homme robuste. Il avait été éduqué comme les autres hommes de la ville. Cependant sa curiosité était considérée comme un venin. Et c’était pour cette raison que les bons chrétiens de Brenstonne ne le mettaient pas dans la confidence de ce qu’ils entreprenaient pour leurs chasses aux sorcières. Ses parents avaient honte de lui. Eux étaient de bons croyants et participaient activement à la communauté. Enfin, surtout son père considérant que sa mère était une parfaite femme soumise. Et le paternel avait beaucoup frappé Nathanaël, essayant de lui inculquer “les bonnes valeurs chrétiennes”. Malgré tout, le jeune homme n’était pas croyant. Et il souhaitait comprendre pourquoi les femmes étaient diabolisées de la sorte.

Ici, l'auteure présente un nouveau personnage sur tout le début du chapitre. Plusieurs paragraphes lui sont consacrés, afin de comprendre qui il est, comment il pense, quelle est son éducation et qu'est-ce qu'il recherche. On l'a à peine aperçu dans le chapitre précédent, et on s'apprête à le voir intégrer pleinement l'histoire.


AVANTAGES : chaque nouveau personnage est connu dès son apparition dans l'intrigue. On sait qui il est, ce qu'il veut, ce qu'il attend, et donc, on le comprend aussitôt et on s'attache à lui avant même qu'il n'ait dit son premier mot dans son premier dialogue. L'histoire peut se poursuivre sans avoir à rentrer dans davantage d'explications, et les réactions du personnage seront comprises par les lecteurs, même les plus folles, s'il a bien été introduit.


INCONVÉNIENTS : cela impose un long moment de présentation pour chaque nouveau personnage, en-dehors de l'histoire. C'est donc une sorte de "pause" dans la narration pour présenter un nouvel entrant, avant d'y revenir plus tard. Il faut que ce soit bien structuré, si on ne veut pas risquer de perdre ou de décourager le lecteur... et il faut que ça arrive au bon moment dans l'histoire !


POUR QUEL TYPE D'ÉCRITURE : cette méthode est pratique pour une écriture simple et structurée. En effet, la structure reste toujours la même :

  1. présentation d'un personnage

  2. son arrivée dans l'histoire

  3. la suite de l'intrigue et ce qu'il va y apporter

Cette structure solide est très connue des lecteurs, parce qu'elle est, justement, la structure basique sur laquelle les contes et histoires pour enfants et jeunesse sont bâties. On ne risque pas de surprendre ou de déstabiliser les lecteurs, même les moins expérimentés, car on les prend par la main pour leur indiquer qui est qui, qui fait quoi, quel impact ou quelle personnalité et pour quelle raison.


Cette méthode fonctionne donc particulièrement bien pour les lecteurs amateurs de littérature jeunesse, Young Adult, ou recherchant une structure fluide et évidente, grâce à laquelle ils peuvent s'identifier immédiatement à un nouveau personnage et s'attacher à lui dès les premières lignes de son apparition.


QUELQUES PERSONNAGES : C'est selon cette bonne vieille méthode que l'on fait la rencontre de Harry Potter et de ses deux amis dans la saga éponyme, de Bilbo Saquet dans le Seigneur des Anneaux, j'en passe et des meilleurs.


gif


II - La méthode "pitch dating"


Vous savez, quand vous vous apprêtez à rencontrer quelqu'un dans la vraie vie ? Quelqu'un que vous n'avez jamais vu jusque-là et dont vous ne savez rien ? Vous voyez ce moment ? Un entretien d'embauche, une rencontre amoureuse issue d'une appli, un instant de pitch pour présenter un nouveau projet à des gens très très pressés...


gif

Dans "la vraie vie", lorsque vous rencontrez quelqu'un que vous ne connaissez pas, et bien... vous ne le connaissez pas. En l'occurrence, vous ne savez rien de cette personne. Ni son histoire, ni sa personnalité, ni ce qu'il ou elle recherche. Vous avez donc un nouvel individu face à vous, qui vous fait une "première impression" sur l'espace de quelques secondes.


Cette impression se compose d'une attitude, d'une allure générale, d'un comportement aperçu l'espace d'un coup d'oeil. Stature, type de vêtements, émotions suscitées par l'allure générale ou les expressions du personnage.

Ses premières réactions, les premières apparitions qu'il ou elle fera dans un dialogue, seront autant de nouveautés pour le lecteur, qui ne sait pas encore à qui il a affaire. Le reste viendra petit à petit : plus vous passez de temps avec une personne que vous avez rencontrée, et plus vous apprenez à la connaître. Son histoire, ses forces, ses faiblesses, ce qu'il ou elle recherche dans la vie... tout cela vous sera dévoilé au fil des discussions et des évènements de l'histoire.


Exemple :

La Compteuse d'Âmes, chap. 2


Ce fut un homme assez bien bâti et plutôt correctement vêtu qui s'extirpa d'un fourré, les mains écartées du corps, la mine penaude. Elle remarqua les épaules épaisses et les bras puissants, les cors aux mains, mais surtout, elle fut surprise par la largeur d'une nuque solide soutenant une tête au visage affable et souriant. La nuque d'un homme qui semblait habitué à porter un casque... un combattant ? Elle le scruta attentivement, pour réaliser qu'il n'avait pas de baudrier d'épée ni de ceinturon d'armes. Il paraissait entièrement désarmé et arborait un sourire amusé, comme s'il trouvait un comique dépitant à sa situation.
— Navré de vous avoir surprise, dame, s'excusa-t-il avec humilité. Je ne voulais nullement vous inquiéter. J'ai été attiré par la lumière de votre feu et l'odeur de votre repas et je me demandais si vous accepteriez de partager l'un et l'autre avec mon humble personne ?
Elle appuya davantage son regard sur lui, surprise de ses paroles. Il n'avait pas le parler d'un paysan, mais plutôt d'un individu de bonne éducation. C'était un homme de stature modeste sans être petit, aux mains larges et massives – de celles qui pourraient aisément manier une épée – et au buste taillé en vé tombant sur une paire de jambes athlétiques et arquées vers l'extérieur. Caractéristiques d'un cavalier habitué à monter à cheval depuis jeune homme.
Il pourrait être un chevalier, mais paraissait affamé et dépourvu d'épée ; il pouvait aussi bien être un brigand de grand chemin ayant appris à monter à dos de mulet ou de cheval pour les besoins de sa profession depuis enfant. Âgé d'une petite trentaine d'années certainement, châtain sombre, il avait une mâchoire carrée et des yeux pétillants, étrangement malicieux. Cela ne lui plaisait pas beaucoup. Un combattant potentiel, sans arme visible, au regard de qui peut préparer un mauvais coup...

(oui, vous l'aurez reconnu, voici la première image que l'on a d'Ascelin, ou presque...)

Ici, on découvre un homme dont on ne sait rien, vu par les yeux de Mesha qui craint pour sa vie et sa tranquillité. La première impression qu'elle se fait de lui se porte sur ses caractéristiques de combattant, car elle cherche à évaluer et jauger sa force et sa dangerosité. Cette première impression est mitigée, puisque Mesha comme le lecteur préfèrent se méfier de ce nouveau venu ; on en apprendra davantage sur lui peu à peu, mais il faudra attendre longtemps pour faire vraiment sa connaissance.


ATTENTION : lorsque vous adoptez cette méthode, il faut évidemment vous attacher à un angle particulier. Ici, Mesha est sur ses gardes, et elle repère donc tous les détails qui pourraient indiquer un combattant. Si elle avait été plus détendue, plus en confiance, ou dans un environnement plus rassurant, elle aurait surement trouvé autre chose à Ascelin (l'élégance de ses vêtements, la bonne éducation, elle aurait été agacée ou amusée par son air malicieux en fonction de son humeur...). Bref, une première impression dépend autant du personnage que vous présentez que du contexte dans lequel il apparait et des attentes des personnages qui le rencontrent.


AVANTAGES : ce procédé donne un air "plus réel" à votre roman, et les personnages sont comme de nouvelles personnes que vous rencontrez à peine. Vous avez tout le temps de les présenter petit à petit, au fur et à mesure qu'avance l'histoire. Le lecteur aura également tout son temps pour s'y attacher à son tour, et, à la manière d'une vraie personne que vous apprenez à connaître, il pourra mieux comprendre à postériori certaines réactions du personnage qui avaient pu lui sembler étranges, déplacées ou exagérées jusque là. Il évite également la "pause" dans la narration, puisque tout va s'enchaîner et les informations seront distillées petit à petit. Bien mené, il donne aussi la possibilité d'offrir "une première impression" très poussée au lecteur, et donc de le marquer émotionnellement parlant plus qu'avec une introduction à la méthode classique (cf. méthode "il était une fois"). Enfin, il permet de garder une dose de mystère autour de personnages dont vous ne voulez pas encore dévoiler la backstory, par exemple si celle-ci fait partie intégrante de l'intrigue de votre roman (c'est le cas de Mesha ou d'Ascelin dans la Compteuse d'Âmes, par exemple).


INCONVÉNIENTS : il faudra du temps pour que le lecteur apprenne à connaître votre personnage, et donc du temps pour qu'il s'y attache. Surtout si la première impression est ratée, mal présentée ou, justement, volontairement mauvaise. Il peut également induire des incompréhensions de la part de votre lecteur, qui ne sera pas toujours en mesure d'appréhender les raisons et les réactions de votre nouveau personnage tant qu'il ne le connait pas exactement.


POUR QUEL TYPE D'ÉCRITURE : cette méthode est particulièrement bien adaptée pour les lecteurs adultes, habitués à la lecture, prêts à se laisser déstabiliser par l'arrivée d'un nouveau-venu inconnu au bataillon. Des lecteurs qui n'ont pas peur de faire confiance à l'auteur et de le laisser les emmener dans l'histoire même s'ils ne savent rien encore des personnages qu'ils suivent. Elle permet également à l'auteur de tourner les personnages un peu comme il l'entend, et d'entrelacer leurs "backstory" avec du mystère lié à l'intrigue sans trop en dévoiler trop tôt.


QUELQUES PERSONNAGES : Au hasard, c'est par exemple de cette manière qu'est présenté Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux (parce que raconter qui il est et d'où il vient aurait spoilé une partie de l'histoire), Benvenuto Gesufal dans Gagner la Guerre de Jaworski, et ainsi de suite.



gif

III - Quoi que vous choisissiez :


Évitez les listes à rallonge de caractéristiques, du genre "couleur de cheveux, des yeux, des vêtements, du sac à main, de la voiture et des clés de maison". Lorsqu'on rencontre quelqu'un, ces détails sont de peu d'importance. Attachez-vous plutôt à l'allure globale : stature, types de vêtements sans trop entrer détails (élégant / négligé / pratique / simple / élaboré / riche / sales et puants...), attitude (décontractée / tendue / inquiet / amusé) et aux émotions que cela suscite (aura du personnage, charisme, l'air bon ou mauvais...).

Vous aurez tout le temps par la suite de préciser de quelle couleur sont ses yeux ou les reflets de son opulente chevelure ! ;-)


Et vous ? Vous avez une préférence ? Des suggestions ou des corrections à me proposer ? Dites-moi tout en commentaire !

16 vues0 commentaire